Rapport annuel 2018

ACTUALITES

Rapport d’activité du Comité pour l’année 2018

Sans doute est-il utile de nous rappeler quelle est la fonction de la CECCV :
« Au travers de la CECCV, les Églises membres se donnent un espace pour faire croître entre elles la communion fraternelle. »

Comment avons-nous habité cet espace et en quoi cette vie œcuménique a-t-elle accru la communion entre les Églises membres dans le Canton de Vaud ?

Le Comité
Le Comité est constitué de dix personnes (Michel Racloz, ECR, Président ; Dominik Frickart, Adventiste, vice-président ; Line Dépraz, EERV ; Eveline Eichele, Catholique-chrétienne ; Nicole Aiassa, orthodoxe ; P. François Méan, orhodoxe ; Robin Reeve, FEV ; Jean-Jacques Meylan, FEV ; Panayotis Stelios, ECR & Antoine Reymond, EERV) qui s’est réuni à quatre reprises en 2018, plus de tâches étant assumées par le Bureau.
Notons tout d’abord que, afin de mieux connaître les lieux où prient et travaillent nos Églises membres, le Comité se réunit parfois dans divers lieux du canton : dans les locaux de l’Église adventiste à Yverdon, sur le site de la HET-PRO à Saint-Légier et ceux de l’Église catholique-chrétienne à Lausanne.

Pour télécharger le rapport complet en pdf, cliquer ici.

Rapport annuel de la CECCV 2017

ACTUALITES

 

Enrichis du bilan 2016 et des expériences passées, l’année 2017 fut pour ainsi dire une année de changements dans la continuité.

Michel Racloz, délégué du Vicaire épiscopal pour l’Eglise catholique dans le canton de Vaud a repris la présidence du la CECCV à la suite de l’AG 2017. Le pasteur Dominik Frikart ,de l’Eglise adventiste du 7ème jour, en a accepté la vice-présidence. Le pasteur Antoine Reymond (EERV) et Panayotis Stelios (ECVD) continuent d’en être les secrétaires.
La réflexion sur les célébrations de la Parole se poursuit. Il est constaté une baisse considérable, voire un désintérêt, de la fréquentation à la cathédrale. La délocalisation d’une célébration semestrielle garde son intérêt.
2 thèmes ont été le fil conducteur de l’année 2017. :
1. Le projet liturgie dans l’optique de proposer une célébration commune au semestre de printemps 2019 et un livret « liturgique oecuménique » à disposition des communautés.
2. Le contact avec les communautés dites minoritaires, spécialement celle des Eglises africaines préchalcédoniennes, en demande de liens et encore d’espaces de rencontres (locaux), a été une priorité, tout comme le thème des réfugiés.

Pour télécharger le rapport complet en pdf, cliquer ici.

Bénédiction. Méditation de Robin Reeve, pasteur évangélique, au comité de la CECCV, le 23 août 2017

ACTUALITES

robin reeveLe SEIGNEUR dit à Moïse : 

Dis à Aaron et à ses fils : Vous bénirez ainsi les Israélites ; vous leur direz :

Que le SEIGNEUR te bénisse et te garde !

Que le SEIGNEUR fasse briller sa face sur toi et t’accorde sa grâce !

Que le SEIGNEUR lève sa face vers toi et te donne la paix !

Ainsi ils placeront mon nom sur les Israélites, et je les bénirai. (Nombres 6.22-27)

La plus ancienne copie d’un texte biblique date de près de 600 avant J.-C. a été trouvée en 1979 dans une tombe creusée vers Jérusalem, à Ketef Hinnom, sous une église écossaise, à environ 1 km du Mont du Temple, en direction de Bethléem

On a retrouvé, près de Jérusalem, dans le sol d’un tombeau, deux rouleaux de métal contenant des extraits de la bénédiction que nous venons de lire. Sans doute les avait-on placées dans la sépulture pour demander la grâce et la protection pour la personne décédée dans l’au-delà.

En tout cas, cela témoigne de l’impact de la bénédiction d’Aaron sur la spiritualité juive.

Pour lire et télécharger la totalité de la médiation, cliquer ici.

 

Déclaration commune sur la justification

ACTUALITES

 

En 2006, le C20170610_165722La Communion mondiale des Eglises réformées (CMER) a signé – le 5 juillet 2017 à Wittenberg – la « Déclaration commune sur la justification » signée en 1999 entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Eglise catholique romaine.onseil méthodiste mondial a signé ce même texte alors que la Communion anglicane a mis en place un processus de signature de la Déclaration de 1999.

Dès lors, « les différences doctrinales historiques à propos de la doctrine de la justification ne nous divisent plus » conclut la CMER.

500 ans après le début de la Réformation, l’Unité  a grandit entre des Eglises jusque là profondément divisée sur un point crucial de la foi chrétienne. Il y a là un appel à la conversion des regards et des comportements à l’égard des chrétiens des autres confessions et un approfondissement de la Communion.

Antoine Reymond