SONY DSC

A Manille, une danse traditionnelle, « Sinulog », est exécutée pendant la fête du même nom, consacrée au « Santo Nino », au «Saint enfant » Jésus, le troisième dimanche de janvier. Cette année, elle a rassemblé trois millions de personnes ! Bien sûr la réalité helvétique est plus modeste. Ce soir, dans la cathédrale de Lausanne, environ 150 personnes de toutes les Eglises ont vibré avec les danses, les rythmes, et les chants de la Communauté catholique philippine. L’émotion était au rendez-vous !

Introduite par l’abbé Paulino Gonzalez, responsable de l’œcuménisme dans l’Eglise catholique du canton de Vaud, cette nouvelle célébration (la 60ème depuis bientôt sept ans) nous a conduit pour la première fois en Asie.  La méditation de l’Evangile a été apportée par le  Père José Quilongquilong s.j.  Prenant appui sur un document de la conférence des évêques des Philippines, il a cherché à montrer que la spiritualité traditionnelle de ce pays aux mille îles ne suffit pas pour créer une communauté où règnent paix, liberté et justice. Les écarts entre riches et pauvres sont criants. Cette spiritualité axée sur la famille, l’hospitalité, les émotions, le respect du leader, a besoin d’être réformée. « Le Christ, dit-il, est la seule réponse à une spiritualité mûre et authentique. Par la grâce de son Esprit, nous pouvons être transformés, élargir l’accueil dans nos familles, être compatissants envers les plus pauvres et notre culte de la personnalité sera réorientée vers le Christ, notre grand héro ».

Père Quilongquilong  a conclu en soulignant l’importance de l’Eglise pour les migrants, où ils trouvent un sens à leur vie et qui leur permet de faire le lien entre leur patrie et l’intégration dans leur pays d’accueil.

Les quatre danses ont été l’œuvre de l’Association culturelle des philippins de Suisse, alors que le mouvement « Couples pour Christ » a apporté des chants vivants et rythmés, ainsi que la prière d’intercession à laquelle participaient enfants, jeunes et couples.  Sœur Merlyn Arsolon, âme de cette communauté « aussi chaleureuse que le temps » (dit le dépliant… mais il s’agit de celui des Philippines, on l’aura deviné…) était ravie, à la fin de la célébration : « Nous vous remercions pour cette belle occasion où, chrétiens de différentes confessions avons pu être réunis pour célébrer la Parole et partager notre foi. Puisse le Saint Esprit nous guider et nous inspirer toujours afin de travailler à la transformation véritable de nos communautés, afin que se réalise la volonté d’unité du Christ ».

Martin Hoegger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *