…kumenischer Gottesdienst im Berner MŸnster zur Eršffnung der Le
Cathédrale de Berne, 5.12.2011. Les responsables des Eglises de Suisse. (Photo C. Knoch)

Au début de chaque législature des chambres fédérales, la Communauté de travail des Eglises chrétiennes en Suisse (CTEC) invite les parlementaires à une célébration œcuménique. Cet événement quadriannuel a eu lieu le lundi 5 décembre 2011, dans la cathédrale de Berne, où la conseillère fédérale Doris Leuthard a invité à la confiance.

« Nous sommes rassemblés dans ce lieu pour placer cette législature sous la bénédiction de Dieu », dit la pasteure anglicane de Lausanne Adèle Kelham, présidente de la CTEC, en saluant l’assemblée composée de parlementaires et de représentants des diverses Eglises. La CTEC rassemble en effet 13 Eglises des différentes familles ecclésiales et c’est à cet organisme, le plus représentatif de l’œcuménisme au niveau national qu’est confié, depuis 20 ans, la réalisation de cette célébration.

Les interventions sont partagées entre l’Eglise catholique, la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, l’Eglise orthodoxe, l’Armée du salut, l’Eglise luthérienne, l’Union des communautés baptistes, l’Eglise méthodiste et l’Eglise anglicane.

Etre visionnaire.

Une première méditation est apportée par Harald Rein, évêque de l’Eglise catholique chrétienne. Se basant sur un texte du prophète Esaïe (35,1-10), lequel annonce la paix et le bonheur, après une situation de détresse, il souligne combien nous avons besoin de visions d’avenir : « Ces visions nous permettent de supporter le temps présent et de le construire en vue d’améliorer ou de résoudre des problèmes. Elles nous donnent la force de nous engager dans la réalisation de cet objectif… En ce sens, les responsables politiques ne font rien d’autre que ce que font les Eglises et les religions. A condition toutefois que leur engagement serve à l’humanisation de situations et de conditions de vie. Il faut donner la priorité à la personne humaine et à son bien-être – de façon concrète, et non au sens de vagues promesses. Vu sous cet angle, c’est le visionnaire qui est le véritable réaliste ».

La confiance à la base de la politique

federalbis
La conseillère fédérale Doris Leuthard. Photo C. Knoch

La conseillère fédérale Doris Leuthard se demande ce qui rend la Suisse forte. Elle voit sa beauté dans la liberté, la solidarité et la confiance. « Dans ces temps de changements, d’insécurité et de déplacement des forces mondiales, comment nous distançons-nous de l’idéologie de la suprématie du moi et du toujours plus » ? Elle insiste sur l’importance de la confiance, qui construit le respect et la citoyenneté : « Cette confiance est toujours à susciter afin que la res publica fonctionne ».

Deux conseillers nationaux et les  responsables des Eglises apportent ensuite la prière d’intercession. A la fin de la célébration, Christiane Faschon, secrétaire de la CTEC invite les parlementaires à participer à la méditation matinale, organisée chaque mercredi matin dans le palais fédéral, lors des sessions des chambres.

Martin Hoegger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *